Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

PHOb5e9abd4 631a 11e3 ac91 edcae3b1110e 805x453

Un garçon de 6 ans accusé de harcèlement sexuel pour un bisou

"Harcèlement sexuel". Voilà comment est qualifié par son école le comportement d'un garçon de six ans, qui a fait un bisou sur la main et la joue d'une camarade.

Invraisemblable et stupide. Et comme souvent, l’histoire nous vient des États-Unis. Un élève de 6 ans a été suspendu de son école deux jours pour avoir fait un bisou sur la main et la joue d'une camarade. Il est accusé d’”harcèlement sexuel”.

Ces mots seront notés dans son dossier scolaire, ce qui pourrait lui être préjudiciable dans le futur. Hunter Yelton, ce jeune américain, ne comprend pas ce qu’il lui arrive : «J'ai fait quelque chose de mal et je suis désolé.»

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Il explique : «On faisait une lecture en groupe. Je me suis penché et je lui ai fait un bisou sur la main. Voilà ce qui s'est passé». Certains camarades, témoins de la scène, en parlent à la professeur de musique, qui informe le directeur. La mère est convoquée et la sanction tombe.

Forcément, la pilule est très difficile à avaler pour elle : “Comment pouvez-vous faire cela? Comment pouvez-vous dire cela à propos de mon enfant? Je vais me lever et me battre pour lui parce que ce n'est pas ce qui s'est passé!”.

“Mon fils et cette fille sont “boyfriend and girlfriend” et s'apprécient. La petite fille était d'accord avec cela. Ils jouaient aux amoureux…”, rajoute-t-elle.

Quant à la mère de la jeune fille, elle se félicite de la décision de l’établissement scolaire, qui, selon elle, «fait un travail remarquable pour protéger (s)on enfant de ce qui se trouve être un harcèlement sexuel.»

Source: Le Figaro
Voir les buzzeries des thématiques similaires :

2 commentaires

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 9 février 2014

    Une certaine Amérique que celle-là, bien loin d'une autre autrement civilisée. Ahurissant, inimaginable. Même dans le patelin le plus perdu d'un coin le plus reculé d'une vieille Europe on ne verrait jamais cette somme d'absurdité. Franchement, les décideurs de la sanction, du jugement, de l'appréciation même faite de ce bisou d'un gosse de six ans relèvent de la psychiatrie. Totalement fêlés.

    • Avatar
      Connectez-vous avec
      ou renseignez votre nom
    • Le 10 février 2014

      Avant d'être aussi catégorique, je dirais "patientons": dans quelques années ce comportement arrivera insideusement et s'établira en Europe. Je trouvais beaucoup de choses stupides chez les Américains quand j'étais môme dans les années 80 et aujourd'hui ce qui me faisait rire se retrouve chez nous et/ou est passé dans les mœurs. Gardons espoir quand même, ce ne sont pas tous des connards pathologiques même si en lisant ce genre d'histoire on a souvent envie de sortir le canon à baffes.