Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

facebook front 179 2232542b

Elle attaque Facebook pour vengeance porno et demande 90 millions d'euros

Cela fait quelques mois déjà que la vengeance porno est sanctionnée lourdement outre-Atlantique. Si bien qu'une femme du Texas réclame désormais plus de 90 millions d'euros à Facebook.

Meryem Ali accuse ainsi  le réseau social Facebook de ne pas avoir voulu supprimer la page de son ex-copain sur laquelle il diffusait des photographies et des messages insultants.

money-facebook

Selon la plaignante, son ex-petit ami aurait créé une fausse page Facebook en usurpant son identité pour l'atteindre. " Ces fausses photos représentent meryem de façon péjorative, comme une personne agressive sexuellement, ce qu'elle n'est pas." Indiquent les avocats de cette dernière.

Selon ses avocats, Facebook " qui doit payer des millions pour violation de la vie privée de ses utilisateurs doit pouvoir protéger leur vie privée également dans les situations de vengeance porno."

Le réseau avait toujours refusé de supprimer les photographies de Meryem, y compris la présentant dans des positions délicates, jusqu'à ce que la police ne s'en mêle.

Voir les buzzeries des thématiques similaires :

3 commentaires

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 5 août 2014

    Si Facebook a refusé de retirer les photos, il est au moins coupable à la seconde où la demande est formulée et non suivie des faits. Quant à celui qui a publié, 6 mois de prison avec travail obligatoire (pour couvrir les frais de la prison). Il y a un moment, il faut savoir se montrer ferme pour dissuader les autres cons (et Dieu sait qu'il sont nombreux).

  • Le 4 juillet 2015

    bien fait pour fesseplock. j’espère qu'ils vont la sentir passer. quand a madame, elle fait le buzz. les photos on va les revoir bientôt, dans le cadre de sa nouvelle carrière dans le X

  • Le 4 août 2014

    - Puisqu'on va se quitter, autant que ce soit en beauté. - Comment ça ? - Écoutes : on se sépare, je publie sur Facebook le meilleur de toi ... - Tu les a gardées, les photos, vieux saligaud ?! - T'occupes, c'est pour la bonne cause : je publie, tu attaques Facebook, ensuite on se partage le magot. - Vu comme ça ... - Tu verras, in ze pocket ! --- Affaire réussie, elle touche le pactole. Malheureusement quelques mois plus tard les photos réapparaissent : elle aura refusé de partager. Dur dur.