Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

n GEMMA WARRALL large570

Comment une Anglaise est devenue la risée du web en un tweet

Une jeune anglaise est devenue star et risée du web en écrivant de manière catastrophique le nom de Barack Obama, et en pensant qu'il s'agit du Président anglais.

Une jeune esthéticienne anglaise a réussi l’exploit d’étaler l’étendue de son inculture en seulement 140 caractères. Sur Twitter, elle a publié le 3 mars dernier, à 1h28 du matin : “Si barraco barner est notre président, pourquoi se mêle-t-il de la Russie, effrayant.”

original

Gemma Worrall parvient donc à appeler Barack Obama “barraco barner” et à penser qu’il est un dirigeant britannique et non américain. Jolie performance. D'autant plus que le chef du gouvernement britannique est Premier Ministre, et non Président.

 "Comment se fait-il que je me réveille avec des tonnes de mentions parce que j'ai mal épelé le nom du président, le monde est devenu fou", commente-elle.

Le tweet a été largement partagé, et est repris par les médias du monde entier. La jeune femme n’en revient d’ailleurs pas : elle croule sous les tweets des autres internautes, certains la trouvant stupide, d’autres hilarante. Plusieurs journalistes l’ont contacté pour une interview.

"Etre bombardée par le monde et les médias n'était pas sur ma liste des choses à faire aujourd'hui", s'amuse la gaffeuse. 

"J'espère ne pas avoir offensé le vrai Barack Obama avec mon tweet, c'était juste quelque chose qui m'intriguait". Nul doute que Barack va te pardonner Gemma, ne t'inquiète pas...

Voir les buzzeries des thématiques similaires :

2 commentaires

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 9 mars 2014

    La belle affaire. Et alors ? Cela excite passablement de complexés que l'on trouve sur les réseaux sociaux à l'image de la "vraie vie", lesquels n'en manquent pas une pour fanfaronner sur la faute de l'autre, surtout quand celle-ci est si flagrante que la meute peut se lâcher en se tapant sur les cuisses comme le dernier des charretiers ivre du village. L'individu seul est en général tout à fait civilisé, en groupe il a cette fâcheuse tendance à tenter de remonter dans sa propre estime sur le dos d'un pauvre bougre qui a le malheur d'avoir pété en public. L'inculture est une chose, la sottise en est une autre, assurément.

  • Le 19 mars 2014

    Beh! Elle a pas tout à fait tort vu que "barraco barner" est plus ou moins le maitre du monde, et que le royaume de sa majesté est son petit caniche