Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

Capture

Quand @Bescherelle corrige les fautes des Twittos

Un compte parodique du Bescherelle s'amuse à corriger les erreurs de français des Twittos, avec un humour pas forcément très subtil, mais hilarant.

Attention, la twittosphère francophone s’est trouvé un gendarme de l’orthographe, une brigade de répression des fautes en l’entité de @Bescherelle, un compte parodique dont l’auteur se décrit comme un “Justicier de l'orthographe”.

“Je suis là pour corriger vos fautes, bande de cons”, ajoute-t-il avant de signifier qu’il est “Non affilié au Bescherelle ou aux Éditions Hatier”.

Une précision qui ne l’empêche pas de commencer à avoir des problèmes juridiques avec Hatier, qui ne voit pas d’un bon oeil que l’image du Bescherelle soit associée à l’humour pas toujours fin, mais souvent drôle, de cet internaute.

"J'ai beaucoup d'amis qui se disent 'grammar nazi' [des gens qui livrent une véritable guerre aux fautes d’orthographe et de grammaire, NDLR] et parfois j'ai un peu de mal avec l'orthographe des gens sur internet", explique-t-il au Nouvel Obs.

"Je trouvais ça drôle qu'un compte représentant une référence telle que le Bescherelle remette les gens à leur place, mais de façon un peu plus violente."

Sa méthode pour chasser les tweets à corriger ? "En général, j’utilise la recherche Twitter avec des termes comme 'mdrr', 'swag', etc. Je reçois des mentions de tweets à corriger de temps en temps”.

Source: Nouvel Obs
Voir les buzzeries des thématiques similaires :

1 commentaire

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 13 mars 2014

    On dit qu'un bon commercial doit être tangent respectueux à l'égard du client potentiel pour ramasser la mise: paraît qu'être courtois titille la méfiance quand l’agressivité laissé présager une sincérité qui ne peut être que gage d'honnêteté. Peut-être en est-il de même chez le morveux inculte, et que corriger ses inepties d'orthographe et de grammaire passe mieux en le secouant façon jeune coup d'épaule qu'en l'invitant académiquement à découvrir les déclinaisons de sa langue. Bof, si ça marche, tant mieux. J'imagine mal toutefois un prof s'engager sur cette voie, mais qui sait ce que sera l'école de demain ?!