Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

google germany

L'Allemagne favorable à un démantèlement de Google

Trop fort Google! A un tel point que l'Allemagne souhaiterait un démantèlement afin de rééquilibrer le marché, jusqu'ici archi dominé par le géant du web américain.

Heiko Maas, le ministre de la justice en Allemagne, rejoint la liste des dirigeants allemands anti-Google. Il s’est dit favorable à un démantèlement du groupe à cause de sa domination et de sa position de quasi-monopole sur le marché de l’internet.

Dans un entretien pour le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, il argue que la toute puissance de Google “ne fait pas sens d'un point de vue économique, n'est pas saine”.

“Imaginez un groupe énergétique qui couvrirait 95 % du marché, les autorités de la concurrence seraient très vite sur le coup”, explique-t-il au média.

google-germany

“Donc oui, si Google abuse de sa position dominante pour écarter de manière systématique des concurrents, alors en dernière instance, quelque chose comme un démantèlement devrait être envisagé”, estime le social-démocrate, qui rejoint donc l’avis de Sigmar Gabriel, ministre de l’économie outre-Rhin.

Google est de plus en plus critiqué, notamment en Europe, accusé de profiter abusivement de sa position dominante. La France et surtout l’Allemagne attaque l’entreprise de manière de plus en plus virulente.



Source: La Presse
Voir les buzzeries des thématiques similaires :

2 commentaires

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 28 juin 2014

    Vrai que Google est partout. Il est possible de faire en sorte de bloquer la quasi totalité des appels vers Google (en incluant des filtres bloquant bien au-delà d'un *.google.* tant la firme est tentaculaire), mais le nombres de sites qui ne fonctionneront plus correctement est tout simplement hallucinant. Il semble qu'il faille faire avec, ce qui n'empêche pas de limiter les dégâts, à savoir ceux d'une inquisition systématique.

  • Le 29 juin 2014

    Le minimum serait de séparer les activités de recherche du reste. Et d'arrêter de les laisser acheter toutes les startups qui montent: dès qu'une startup internet se débrouille bien, ils leur balancent quelques centaines de millions et tuent leur futur concurrent potentiel dans l'oeuf. C'est complètement malsain en effet, et ça a un goût de Minitel 3.0