Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

fireman

Les pompiers sont adulés, les politiques et journalistes détestés

Alors que les pompiers et métiers issus de la médecine et du secourisme sont très bien perçus par la population, les professions plus publiques sont elles méprisées. Footballeurs, journalistes et politiques sont ainsi particulièrement haïs.

Le métier le plus populaire de France est celui de pompier. Si c’est le cas dans de nombreux pays, la France se démarque avec 99% d’opinions positives envers les combattants du feu, contre par exemple seulement 86% chez nos voisins italiens.

“Ce n'est pas vraiment une surprise, a déclaré Patrice Beunard, président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS. On travaille tous à partir de la même base : l'engagement pour les autres. Il y a deux raisons à cela. La première, c'est que nous sommes disponibles tout le temps ! La seconde, c'est que nous sommes un service gratuit, payé par les impôts. Les gens apprécient.”

3826841_act1

Suivent ensuite des professions liées à la santé, infirmiers et urgentistes recueillant 95% de réponses favorables, et les pharmaciens 93%. Le top 5 se clôt avec les pilotes de ligne (90%).

La grande majorité des pays d’Europe et d’Amérique concernés par le sondage placent les pompiers en tête du classement des métiers les plus populaires, alors que les nations asiatiques et africaines privilégient les professions liées aux soins.

Enfin, en France, le top 5 des métiers les plus détestés n’est guère surprenant. Les politiciens jouissent d’une cote extrêmement basse (13%, 31% à l’échelle mondiale), tout comme les publicitaires, les agents d’assurance, les footballeurs et les journalistes.

“Partout dans le monde, les responsables politiques sont mal classés en termes de confiance et d'intégrité, explique Daniel Lebègue, président de l'antenne française de l'ONG Transparency International. On retrouve ce constat dans tous les pays gangrenés par la corruption, où il faut payer pour obtenir quelque chose. Mais aussi en Europe, où les dirigeants ont souvent tendance à faire passer leur intérêt personnel avant l'intérêt collectif.”  

 

Voir les buzzeries des thématiques similaires :

1 commentaire

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 10 mai 2014

    On vit ce paradoxe d'envier la notoriété, la richesse, le matérialisme signe la plupart d'entre nous et en même temps on flagelle, on condamne à l'occasion d'un sondage ceux-là mêmes que l'on envie. Pas très cohérent tout ça. Cohérent peut-être mais en tous les cas pas d'une logique absolue.