Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

after attack.jpg.size.xxlarge.letterbox

Un journaliste canadien évite la prison en parlant français

Un journaliste canadien anglophone a réussi à se faire passer pour un Québécois en baragouinant quelques mots de français, ce qui l'a probablement sauvé de la prison.

Un journaliste canadien et son équipe l’ont échappé belle. En Ukraine, où ils couvrent le conflit avec les Russes, ils ont évité la détention après s’être faits invectivés par quatre civils prorusses. C’est en parlant un semblant de français qu’ils ont pu se sortir de cette situation délicate.

“Nous étions à quelques pas seulement du taxi quand (...) quatre civils cinquantenaires -trois hommes et une femme- prorusses, apparemment en colère, nous sont tombés dessus”, explique t-il dans le Toronto Star, le média pour lequel il travaille.

after_attack.jpg.size.xxlarge.letterbox

Mitch Potter, le journaliste, avait laissé ses papiers à l’hôtel, car “Canada” est un “gros mot” dans l’est ukrainien ces derniers temps. Mais quand il dévoile qu’il est journaliste, les choses s’enveniment, et l’un des hommes s’empare de son téléphone. "C'était un civil, mais apparemment il connaissait quelqu'un qui ne l'était pas", raconte Potter.

Tentant le tout pour le tout, il demande à ses agresseurs : "Parlez-vous français? Je suis journaliste canadien. Franco-canadien", insistant sur le mot “franco”, malgré le fait que son français soit d’un niveau assez bas. Cette “révélation” a tout de suite apaisé la situation, et il a pu repartir sain et sauf avec son interprète.

"Ma piètre maîtrise de l'autre langue officielle du Canada a été suffisante pour convaincre ces Ukrainiens exclusivement russophones (...) que nous n'étions pas ennemis. Ironie du sort, c'est le français qui a été notre 'carte-de-sortie-de-prison' dans une partie de l'Ukraine où la langue souffre d'un manque de reconnaissance de la part de Kiev".








Source: L'Express
Voir les buzzeries des thématiques similaires :

0 commentaire

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom