Buzzerie.com : la fabrique de Buzz sans calories

La fabrique de Buzz sans calories 📱

parents baby 336x200

Explosion des naissances à Washington 9 mois après le shutdown

Le shutdown qui avait fait trembler des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage technique à Washington il y a un peu plus de neuf mois a provoqué un babyboom dans la capitale américaine.

En octobre dernier, un shutdown paralysait Washington, capitale des États-Unis. Républicains et démocrates ne parvenaient pas à s’entendre sur le budget, et les fonctionnaires, très présents dans la ville, n’étaient plus payés, et étaient au chômage technique.

Neuf mois après, les hôpitaux constatent une hausse significative des naissances à Washington. Entre le 1er et le 16 octobre 2013, près de 800.000 fonctionnaires fédéraux ne venaient plus au travail, et ont donc trouvé une autre activité pour occuper leurs journées.

Certaines maternités enregistrent une augmentation des naissances de l’ordre de 33%. “Ni vous, ni votre conjoint ne pouvez aller au travail. Une semaine passe. Puis deux. Vous vous ennuyez. Vous êtes adultes. Vous partagez votre lit. Neuf mois plus tard, vous êtes dans une maternité bizarrement bondée”, s’amuse le Washington Post.

“Le shutdown était stressant, car nous ne savions pas quand nous allions être payés. Mais j'ai aussi passé de très bons moments. Je suis allée manger avec mes collègues, j'ai pris du temps avec ma mère et mon autre fille et je me suis simplement relaxée”, témoigne une jeune maman.

Le même phénomène est constaté après les catastrophes naturelles ou les pannes d'électricité importantes. Une “sorte d'instinct primitif de préservation de l'espèce” selon Jacques Moritz, du département de gynécologie de l'hôpital St. Luke's Roosevelt à Manhattan.

 

Source: Le Figaro
Voir les buzzeries des thématiques similaires :

1 commentaire

Avatar
Connectez-vous avec
ou renseignez votre nom
  • Le 1 août 2014

    "Une sorte d'instinct primitif de préservation de l'espèce” selon Jacques Moritz. Pas certain que la préservation de l'espèce ait grand chose à y voir. Une inclination naturelle au frisson partagé renforcée par du temps libre me semble plus évident.